La Tête Ailleurs... Le site de nos carnets de voyages, avec plein de photos, de conseils et d'informations pratiques
Les tapes
 
 
Nos voyages : les étapes illustrées de nos voyages, les itinéraires, ...Photos : toutes les photos prises durant nos voyagesInfos Pays : les cartes et plein d'infos sur la géographie, le climat, les langues, les religions, etc..., des pays visitésAvant le départ : plein de conseils sur les prépartifsVie sur place : toutes les informations pratiques et utiles pour quand vous y serezLiens : une série de liens utiles, classés par catégorie
accueil    qui sommes-nous ?   livre d'or   plan du site
 
 

Il y a actuellement 16 visiteurs sur le site !

 
Itinraire du voyage

Carte de l'itinraire

Pour plus d'infos sur notre itinraire lors de ce voyage, cliquez sur la carte

Nos Voyages

Choisissez un de nos voyages pour le vivre avec nous étape par étape, visualiser l'itinéraire, ...

 
Derniers Albums Photos

Les 4 derniers albums publiés sur le site :

Lima et retour en France
Pérou : Lima et retour en France

Paracas et les îles Ballestas
Pérou : Paracas et les îles Ballestas

L'oasis de Huacachina (Ica)
Pérou : L'oasis de Huacachina (Ica)

Nazca et environs
Pérou : Nazca et environs

 Tous les albums

Infos Pays

Des infos sur la géographie, le climat, un peu d'histoire, les langues, les religions ainsi que des cartes et bien d'autres choses sur les pays visités...

 
Vie sur Place

Vous voulez tout savoir sur le coût de la vie, les modes d'hébergement, les moyens de transport, de communications, la sécurité, l'argent, la santé, etc... dans les pays visités, avec plein d'exemples de prix ? C'est par ici !

 
Avant le départ

Tout sur les préparatifs de chaque voyage : les budgets, la préparation des itinéraires, les visas, les billets d'avion, les assurances, les vaccins, les trucs à ne pas oublier d'emporter ou de faire, etc etc...

 
  Le voyage

Brsil - 4 jours - Du 25 au 28 février 2008


São Luis do Maranhão et environs


Nuit agitée dans le bus, nous avons du mal à trouver le sommeil, les images de l'agression nous reviennent sans cesse, le malaise persiste. Douze heures plus tard, à 7h du matin, nous sommes soulagés d'arriver enfin à São Luis. Fatigués, nous ne cherchons même pas à prendre un bus et rejoignons en taxi un hôtel du centre-ville. Nous y croisons avec plaisir Maki, la voyageuse japonaise qui était avec nous en Amazonie (elle nous a également confié s'être fait arracher des mains son appareil photo à Rio, tiens, ça nous rappelle quelque chose...).

Allez, on va se coucher pour récupérer un peu et oublier tout cela. Réveil à 13h après un sommeil réparateur, notre bonne humeur refait lentement mais sûrement surface. Nous hésitons à racheter ou non un petit appareil photo, sachant que nous risquons une fois encore de nous le faire braquer, mais il est difficile également de ne prendre aucune photo (et pas question de se servir de l'appareil d'O'Live au Brésil, du moins en ville). On tranche en décidant d'en racheter un, mais le plus petit et le moins cher possible, ni de qualité ni de marque. De toute façon nous n'avons ni les moyens (l'électronique, de plus, est beaucoup plus cher qu'en France ici) ni l'envie de mettre de l'argent là-dedans, donc ne vous étonnez pas si le nombre des photos des étapes brésiliennes et surtout leur qualité ne sont pas au rendez-vous, la sécurité d'abord !!!

Nous passons l'après-midi à comparer les prix puis à nous décider dans un grand shopping que l'on nous a indiqué, puis rentrons tôt. Allez, l'incident est clos et notre bonne humeur et goût pour le voyage reviennent.


Le lendemain, nous n'avons pas envie de rester en ville et décidons d'explorer un peu les environs, direction la presqu'île d'Alcântara. Un petit bateau nous conduit vers ce lieu devenu presque fantôme aujourd'hui.

Le petit village d'AlcântaraVue sur la baie depuis le village


En arrivant, nous nous joignons à un groupe de vacanciers brésiliens qui partent visiter l'île ; les informations sont données en portugais mais bon, nous ferons avec. Il fait bon flâner parmi les petites ruelles aux pavés inégaux de cette ville de caractère, à la recherche des plus belles maisons colorées aux toits de tuile rouges et des ruines témoignant de l'ancienne noblesse et richesse que connut ce lieu...

La rue menant du port au ''centre-ville''Pavées aux motifs des maçons, les rues d'Alcântara semblent ne pas avoir bougé depuis des sièclesUne rue du village, bordée de petites maisons aux toîts de tuiles rouges
Le ''centre commercial'' du village !Beaucoup de maisons et monuments d'Alcântara sont en piteux état... mais c'est ce qui lui donne son charme !


L'endroit dégage le charme d'une ville qui s'est endormie après avoir connu son heure de gloire il y a bien longtemps, au dix-huitième siècle. Alcântara, enrichie grâce à la canne à sucre et au coton, était alors plus importante que que São Luis, mais l'abolition de l'esclavage en 1888 et la crise du sucre lui furent fatal et elle tomba petit à petit en décrépitude.

Vestiges des Portugais, de nombreuses maisons arborent encore de beaux azulejos sur leur façadeAzulejos typiquement portugais (4 carreaux par motif)


Pourtant les traces de noblesse et de richesse demeurent encore visibles, comme en témoignent par exemple les ruines de la casa do Imperador. Suite au désir de l'empereur Pierre II de venir à Alcântara, deux seigneurs construisirent une maison en son honneur. Mais comme tous deux se disputaient le droit de recevoir en priorité l'empereur, celui-ci mit tout le monde d'accord en annulant simplement son voyage et la maison ne fût jalais achevée... La ville est ainsi emplie d'histoire de riches seigneurs, et ruines, musées et églises se succèdent.

Le village abrite une base de lancement de fusées brésiliennesEt oui, nous sommes ici ! (bien loin de chez nous)Une des très nombreuses ruines que compte la ville
Une église d'Alcântaraz, construite à l'époque par des esclaves noirs...... d'où la présence de Saints noirs à l'intérieurLa cathédrale d'Alcântara


Sur la place principale demeure encore le pelourinho, le pilori où l'on fouettait les esclaves, le dernier existant encore de nos jours. Ca fait froid dans le dos...

Devant les ruines de cette église, un piloris servant autrefois à fouetter et tuer les esclaves, le seul encore en place au Brésil


Cette journée nous a bien plu et détendu, nous rentrons tranquillement à São Luis en fin d'après-midi, non sans observer quelques magnifiques dauphins et oiseaux rouges vifs depuis le bateau ! Les rues de São Luis sont déjà quasimment désertes alors qu'il est loin de faire nuit, tout ferme étonnament tôt ici ; nous passons la soirée à l'hôtel après avoir réservé une excursion pour nous rendre au parc de Lençóis Maranhenses demain.


Dur dur le réveil à 5h pour prendre un bus à 5h30 direction Barreirinhas, porte d'entrée du parc national de Lençois Maranhenses. Mais le seul moyen si l'on souhaite visiter ce parc en une journée et rentrer le soir à São Luis consiste à partir très tôt. Nous arrivons vers 9h30 à Barreirinhas et grimpons dans un gros 4x4 (aux énormes roues, ce ne sera pas un luxe !) qui slalome entre les dunes et les rivières pendant presque une heure de voyage cahotique et magnifique, jusqu'à nous déposer à l'orée de dunes d'un blanc aveuglant s'étendant à perte de vue...

Pour aller au parc, il est nécessaire de traverser une rivière, en barque pour les piétons...... sur un petit bac pour les voituresNotre camion 4x4 s'apprêtant à monter sur le bac
Gros 4x4 obligatoires pour rouler sur ces chemins sablonneuxMalgré les conditions difficiles, on croise de petites maisons traditionnelles en cheminAprès 45 minutes sur des pistes de sable, on est enfin arrivés aux dunes du parc de Lençóis Maranhenses


Les paysages sont enchanteurs et le parc porte admirablement son nom (lençois signifiant draps en portugais), ce lieu nous donne exactement cette impression que des centaines de draps immaculés flottent dans les airs à perte de vue... Les dunes, entrecoupées de mangroves et de lagunes d'eau douce (refuges d'espèces de tortues en voie de disparition et d'oiseaux migrateurs) ondulent ainsi sur plus de 1500 ha. Dommage que nous ne soyons qu'au début de la saison des pluies et que ces lagunes soient encore presque asséchées. D'ici quelques mois, la vue de ces nappes d'eau d'une couleur bleûtée s'étendant à perte de vue au milieu de ces dunes d'une blancheur infinie constitueront l'un des plus beaux spectacles qu'offre le Brésil...

C'est parti pour une petite marche dans les dunes d'une aveuglante blancheurRebecca prend la pause devant cette superbe étendue de dunes de sable blancsUn seul mot : superbe !
LEs dunes blanches du parc Lençóis MaranhensesMalheureusement, à cette époque de l'année, la plupart des lagunes ne sont plus que des flaques d'eau sale


Néanmoins nous apercevons déjà quelques belles lagunes et, après une marche de 30 min sur le sable doux, chaud et aveuglant qui compose ces paysages grandioses, nous parvenons à la lagune des pêcheurs. Par cette chaleur, plonger dans l'eau est inestimable !!! Quelles vues ici, les lieux sont tout simplement beaux... Plus tard nous nous égarons parmi d'autres dunes pour rentrer par un autre chemin, imaginant l'immensité de ce parc et de ces paysages inviolés...

Certaines grandes lagunes sont heureusement toujours là...On pourra même se rafraichir un peu dans la lagune du Pêcheur
Malgré les nuages, l'environnement est superbe !


Il est encore tôt lorsque nous retrouvons Barreirinhas et le bus pour São Luis ne sera là qu'à 17h, ce qui nous laisse le temps d'observer l'artisanat local et de nous occuper sur internet. Puis c'est reparti pour 4h de trajet dans l'autre sens, mais la beauté des paysages valait largement ce détour.


Le jour suivant nous nous renseignons pour rejoindre Fortaleza à... pas moins de 18h de bus !!! Le pays est immense et les distances énormes, ici il est tout à fait normal et courant d'acheter un billet pour 30 heures de route... Les bus sont chers et, à notre avis, il n'y a pas assez de différence de prix avec les vols aériens proposés par les compagnies locales à bas prix (du moins pour certaines destinations) pour justifier le temps perdu et la fatigue. Nous choisissons donc l'avion ; ouf, il reste de la place pour un vol bon marché en début de soirée !

En attendant nous n'avons toujours pas visité la ville de São Luis, pourtant réputée comme l'une des villes coloniales les mieux préservée du pays. C'est vrai que son centre historique, intact, présente une belle harmonie architecturale. Les azulejos des façades des maisons bourgeoises, les toits en tuile, quelques belles églises se découvrent au hasard des chemins. Pourtant il faut dire également que la ville est assez mal-famée et, si l'on s'y sent à peu près en sécurité dans les grandes artères, nous préférons ne pas trop nous aventurer dans les petites ruelles plus désertes, ni prendre de photos. C'est donc une visite très rapide et incomplète que nous en effectuons.

La plage Praia Ponta d'Areia de São Luis et ses buildingsÀ São Luis, de nombreux bâtiments coloniaux sont toujours recouverts d'azulejosLa cathédrale de São Luis
Une rue typique de São Luis


Nous passons la fin d'après-midi sur internet puis à réfléchir à la suite de notre itinéraire au Brésil, décidant de le modifier en grande partie. Nous en avons assez des grandes villes peu sûres où l'on ne peut pas sortir après 17h sans risques, et décidons de n'aller ni à Recife ni à Salvador da Bahia (pourtant réputée comme l'une des villes à l'ambiance les plus envoûtantes du Brésil, mais tant pis) et de privilégier le sud du pays, beaucoup plus sûr, les bords de mer plus tranquilles, le nord de l'Argentine et peut-être l'Uruguay, à voir. Franchement, nous n'avons pas envie (c'est sûrement en lien avec l'agression bien sûr) d'aller dans des endroits où le climat d'insécurité gâche franchement le plaisir, et la nature nous attire bien plus que les grandes mégalopoles... Nous maintenons bien sûr Rio de Janeiro (ça a l'air trop beau !!!) et, par curiosité, ajoutons une courte escale à Brasilia (nous visiterons sûrement certains sites de ces deux villes via une agence). Et oui, nous changeons un peu notre manière de voyager (au Brésil seulement, les autres pays d'Amérique du Sud sont bien plus sûrs dans l'ensemble) pour nous sentir plus sereins.

En attendant direction Fortaleza (non pour la ville mais pour les plages du littoral du Ceará) que nous rejoignons vers 20h après une heure trente de vol (bien mieux que 18h de bus !!!).


Posté le 28/02/2008  -  Voir / cacher les commentaires Voir / cacher les commentaires [1]  -  Poster un commentaire Poster un commentaire  -  


Premire tape : Escale a New-York
tape prcdente : Belém
tape suivante : Les plages des environs de Fortaleza
Dernire tape : Lima et retour en France

 

  Photo aléatoire
Nous n'aurons passé qu'une nuit dans ces petits bungalows

Excursion en Amazonie
(Brésil)

Lire l'étape

Recherche

 

Dernier Ajout

AMÉRIQUES 2007/2008 : Pérou - Posté le 10/10/2008

Lima et retour en France

Difficile de quitter l'océan et de monter dans le bus qui nous conduit à Lima, la capitale du pays. L'ambiance est à la nostalgie, l'heure du retour approche à grand pas et, si nous nous réjouissons pourtant à l'idée de revoir nos proches, il faut bien admettre que nous n'avons aucune envie de rentrer... Nous regardons les paysages défiler par la fenêtre alors que des émotions contradictoires nous envahissent : la sensation d'avoir vécu pleinement et jusqu'au bout cette aventure, l'envie de pro...

Lire la suite

Livre d'Or

Le 27/06/2017 à 13h05, Clemence a écrit :

"Bonjour,
Je souhaiterai vous joindre sur votre adresse mail mais cela ne fonctionne pas.
Y-a t-il un espoir que je puisse vous poser quelques questions sur votre voyages aux Ameriques via une autre adresse mail? :)

Merci ! "

Lire / Signer le livre d'or

PUBLICITÉ
Site validé par le W3C
© 2017 - La Tête Ailleurs - Tous droits réservés Accueil | Nos voyages | Photos | Infos pays | Avant le départ | Vie sur place | Qui sommes-nous ? | Livre d'or | Plan du site | Liens Site réalisé par CreationClic